Reprise du recensement du bétail électoral,  obligatoire!

0

Les membres du Comité de sui-vil se sont  retrouvés ce 19 avril au ministère de l’Administration du trottoir et de la Décentralisation de Tonton Bourama pour faire le poing sur les recommandations faites suite à l’audit du fichier électoral. L’opposition roue publicaine, l’UFR de manguè Dounké,  la société si vile et le corps diplomatique et consulaire ont papoté sur la situation actuelle du fichier électoral dans lequel il parait il y a plus de 1 500 000 moutons électoraux fictifs.
 « Nous sommes venus présenter l’ensemble des recommandations issues de l’audit du fichier électoral. Et nous sommes d’accord qu’il faut mettre en application ces recommandations pour l’amélioration de notre base de données. Il y a 77 recommandations, elles ne sont pas toutes applicables dès maintenant. Nous voulons aller techniquement, voir celles qui sont applicables dès maintenant pour aller aux élections le plus rapidement possible. Nous sommes en train de préparer les élections législatives. Nous voulons savoir quel est l’avis des acteurs politiques sur les résultats de cet audit » a dit Salifou Kébé président de la CENI.
Boubacar Barry, vice-président du parti Uf-Fer de Manguè Dounké parle de nouvel opérateur pour éliminer toute cette machination du pouvoir. Sinon attendez-vous à pire si on maintient l’opérateur Gemalto : « Nous souhaitons que ces recommandations soient mises en œuvre rapidement dans le cadre du recrutement d’un nouvel opérateur chargé de la révision du fichier électoral. Les résultats de cet audit sont satisfaisants et nous pensons que cela permettra de continuer le travail ».
Cellou Baldé de l’uf-dê-gué parle : « Les experts ont fait des recommandations hiérarchisées. Il y a des recommandations à très court terme, à moyen terme et à long terme. Nous voulons que ces recommandations soient prises en compte dans le cadre de l’amélioration du fichier ».

Amadou Dâ-malo, le bélébéléba du RPG arc en ciel nie l’existence de bétail électoral fictif dans le fichier. Naturellement, c’est favorable à son camp.  « Il a été relayé dans les médias qu’il y aurait plus de 1 500 000 personnes fictifs. On les a même qualifiés de réserve électorale pour le pouvoir. Ça été démontrer que cela a commencé depuis 2002 parce qu’on n’arrive pas à transférer toutes nos données d’un opérateur à un autre. Et nous changeons souvent d’opérateurs parce que l’opposition a toujours demandé à ce qu’on change d’opérateur ».
Tout le monde s’accorde à dire que la reprise du recensement du bétail électoral est obligatoire, pourvu qu’il n’y ait plus de fictifs. Amina. Seulement le glissement semble consommer go awa.

Diallo Kolenkè

LAISSER UN COMMENTAIRE