Troisième mandat : les farces sociales appellent à un sursaut patriotique national

0
Des membres des forces sociales de Guinée devant les journalistes

Les farces sociales de Condébilidougou se sont fendues d’une déclaration ce lundi 1er avril à la hutte des journaleux. Droits dans leurs bottes puantes, elles s’opposent farouchement à un éventuel troisième nambara et appellent les Condébilikas à un sursaut national.

Petit à petit les barrières se dressent sur le chemin de tous les dangers, que veut emprunter Körö-Condébilii. Ses velléités d’un troisième nambara se révèlent aux yeux du monde. Pour les farces sociales, cette intention est suicidaire et constitue une menace pour la stabilité du bled.

«Nous exhortons le président Alpha Condé à refuser toute tentation visant à remettre en cause l’ordre constitutionnel actuel et dont les conséquences peuvent constituer une menace pour la stabilité des institutions et pour la quiétude sociale dans le pays et dans la sous-région. Le projet de 3ème mandat est une illusion suicidaire pour ses promoteurs, quelle que soit l’approche qui sera envisagée pour le réaliser. Car, non  seulement il est à contre-courant de la marche du monde, de l’histoire, mais des nobles aspirations de notre peuple » souligne Doura Sanoh cordonnier du mouvement.

Les farces sociales prêtes pour le sursaut national comptent démarcher les citoyens Condébilikas pour défendre la constitution bec et ongle. « Nous allons entreprendre sans délai, une large concertation avec tous les acteurs sociaux, politiques, économiques et religieux du pays, ainsi qu’avec des citoyens engagés en vue d’une évaluation sereine de la situation actuelle et des dispositions appropriées pour la défense à tout prix de la constitution guinéenne » lâche mâchoires serrées le président de la PCUD.

Les membres des farces sociales ont pour finir lancé un appel  à tous les Condébilikas à un sursaut patriotique national, en vue d’une mobilisation pour défendre la constitution contre « l’imposture politique actuellement en cours ».

Mbella Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE